Le Berry Entreprendre – Spécial Panorama des Entreprises 2018

Presse

Le Berry Entreprendre – Spécial Panorama des Entreprises 2018

Hors-Série

Le panorama des entreprises du Cher

> INDUSTRIE : Michelin et Nexter sur des secteurs porteurs
> CONJONCTURE : Lente reprise dans le bâtiment et les travaux publics
> DOSSIER : Quel avenir pour le commerce de proximité ?

5,50 €

 

En stock

- +

Fiche détaillée

  • Editeur : La Montagne
  • Genre : Economie
  • Langue : Français
  • Format : 21.2 x 27.7
  • Pages : 68

Mot de la rédaction

Edito

DES RAISONS DE CROIRE EN L'AVENIR


Loin des grandes dynamiques des métropoles régionales, le Cher profite lentement de la reprise. Pas d'optimisme démesuré, alors que les secteurs du bâtiment et des travaux publics redemarrent prudemment et que le commerce de détail doit faire face à l'explosion des zones commerciales. A la barre du tribunal de commerce, le nombre de liquidations judiciaires en 2017, dans le Cher, est à peine meilleur que celui de 2016. Sans oublier un taux de chômage, malgré une très légère décrue en 2017, encore supérieur à la moyenne régionale et nationale. Des signes de reprise sont pourtant
palpables notamment dans l'industrie. Tirés par un secteur de l'armement costaud et les vents porteurs de l'aéronautique, les poids lourds du département (MBDA, Nexter, Michelin...) embauchent et renouent avec de belles croissances. Du coup, c'est tout un environnement de sous-traitants, nombreux sur le territoire, qui profite de la bonne santé de ces secteurs.
Confronté aux enjeux de l'usine du futur, qui nécessite de la technicité et des compétences humaines de plus en plus pointues, le tissu industriel de TPE et PME du Cher doit rompre avec le traumatisme de désindustrialisation de ces dernières décennies pour, au contraire, faire rimer
emploi industriel avec avenir. Ces métiers ont besoin de changer d'image pour attirer les nouvelles générations, ce qui passe par des formations en adéquation avec les besoins des entreprises. Du
sur-mesure, notamment par le biais de la formation continue et de l'apprentissage. Car c'est tout le paradoxe économique. Si la courbe du chômage s'inverse lentement, beaucoup de métiers restent en tension dans le bâtiment, l'industrie ou l'hôtellerie-restauration.
Le Cher est pourtant capable de faire naître quelques pépites comme Ledger, dans le numérique, ou conforter des fleurons économiques comme Monin, dans le secteur agroalimentaire. De quoi croire au potentiel entrepreneurial de ce territoire.

Thomas Migault

Les plus consultés
Autoriser les cookies

Nous utilisons des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus